Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Éduquer le désir

Réflexions talmudiques sur la sexualité (23 min)

Antoine Mercier - Journaliste, Eric Smilevitch - enseignant, traducteur
  • La sexualité malheureuse

    Un impensé hérité du christianisme (7min)

  • La Tora pour éduquer le désir

    Le désir féminin ne se caricature pas (9min)

  • Le couple face à la loi du marché

    La seule jouissance ne suffit pas (7min)

Les documents (4)
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Eric Smilevitch - enseignant, traducteur

Eric Smilevitch dirige le Bet-Hamidrach Michné Tora à Strasbourg. Il traduit régulièrement des textes essentiels de la tradition juive, aux éditions Verdier notamment. (Mise à jour: décembre 2018)

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Regards sur la crise, (Editions Hermann, 0)   Acheter

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Eric Smilevitch

Le Corps vivant, (Hermann, 2017)   Acheter

Lumière de l'Éternel, (Hermann, 2010)   Acheter

La Dispute de Barcelone: Suivi du commentaire sur Esaïe 52-53, (Verdier, 2008)   Acheter

L'esprit de grâce: introduction à la philosophie de Maïmonide, (Verdier, 1994)   Acheter

Chapitres de rabbi Eliézer, (Verdier, 1992)   Acheter

Commentaires du Traité des Pères, (Verdier, 1990)   Acheter | Emprunter

Pirqe Avot et Avot de Rabbi Nathan, (Verdier, 1983)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 15 janvier 2018
Commentaires ( 9 )

Illustration

18 janvier 2018, 09h32, Helene krief

Bonjour l'illustration que vous avez mise en présentation de la conférence m'intéresse beaucoup. De quel ouvrage est elle issue ? Peut la télécharger ? Merci, Helene Krief.

" Le corps vivant"

19 janvier 2018, 18h03, NORDMANN -

Je ne comprends pas en quoi le christianisme a présenté " la différence sexuelle extrêmement malheureuse... " etc. Alors qu'au contraire, la différence et la complémentarité sexuelle est à la base de tout l'enseignement hérité de la première et deuxième Alliance - si cet enseignement de sagesse évidente n'était pas le bouc émissaire de toute une opposition orchestrée, nous ne serions pas dans la situation sans issue de notre temps (très récente en tant que puissant lobby en apprenti sorcier) -.

Remarque

20 janvier 2018, 11h11, bernaerts

Vous dites ouvrir un champ positif d'existence, pour la femme en quoi "ne pas avoir cet organe là", or justement, positivement la femme a un organe, pas "celui-là" mais elle en a un que l'homme n'a pas ; cela déplace la question sur la dimension visible/non visible, car même le caractère érectile lui n'est pas différenciant, la femme a aussi un (et même des) organe (s) érectiles.

La question du pouvoir sur le mode féministe

20 janvier 2018, 11h15, b

Précisément la question du pouvoir et qui semble n'avoir pas été bien identifiée : pour certaines femmes féministes, les plus agressives et clivantes, la question est de PRENDRE LE POUVOIR SUR LES FEMMES, pouvoir qu'elles pensent détenu par les hommes.

Ne pas assimiler les femmes aux féministes

20 janvier 2018, 11h27, bernaerts

Vous dites très justement que le discours actuel n'est pas vrai relativement aux personnes, et plus encore, les femmes féministes ne reflètent pas ce que les femmes pensent, désirent, ou demandent. Les médias dans leur ensemble semblent générer un bruit collossal servant précisément à couvrir la pensée et la parole des individus, afin de les réduire à l'impuissance ou la grégarité et imposer une mouvance idéologique. Les individus ne se retrouvent pas dans ce que véhicule les médias, ou les prétendus défenseurs des femmes, du bien, etc. Il y a là une fracture énorme. Bien sûr cela fait des dégâts dans les rapports homme/femme, et c'est en partie voulu, atomiser les indvidus à des fins de pouvoir.

Le féminin est l'art de générer l'obscurité qui prélude à l'intime

22 janvier 2018, 12h19, Marc

Voilà enfin un débat essentiel qui place l'obscur (la pudeur) au centre de la possibilité d'une rencontre avec le désir féminin, et qui va de pair avec la manière dont se transmet le féminin que de femme à femme pour laquelle le premier modèle d'une femme est sa mère (on pourrait le dire aussi du masculin de mère à fils qui l'éduque et le prépare à accepter cette "obscurité"). C'est la psychanalyste Colette Combe qui m'a mis sur cette voie de la singularité de la sexualité féminine, à travers ses différentes recherches sur l'anorexie mentale de jeunes adolescentes en particulier, et la question de l'obsession du poids et des régimes, de l'alimentation, ... Et tout compte fait du mystère du sevrage du nourrisson. L'obsession d'une femme sera de "concevoir" dès sa naissance un futur "adulte" apte lui même à "concevoir". Ici la "conception" est à envisager comme l'aptitude humaine à investir la métaphore qui nourrit le symbole, et non celui qui l'appauvrit (le réel est toujours en lutte "contre" le factuel auquel il ne se réduit pas, car ce dernier risque de réduire le champ lexical de la signification). L'énergie puisée dans le mystère de l'intime est au centre de la sexualité des deux sexes !

éducation par l'exemple, médecin de santé publique, "être soi", et tout va

2 février 2018, 12h12, Chantal BRICHET-NIVOIT

Médecin, je crois que trop chercher dans les textes même sacrés, écarte de ce qui est si simple que j'avais compris à 13 ans, que, c'est nous, femmes, qui par notre grâce à savoir marcher comme en dansant, déclenchons le désir de l'homme, que nous lisons facilement et aisément dans leurs yeux, qui changent de tonalités, de velouté, deviennent velours ou éclair, tendresse ou dominateurs : ceux-ci reflètent le ciel vers lequel (7ème) certains seront capables de nous élever, en nous éduquant à " bien regarder franchement dans les yeux", sans fausse pudeur en se reconnaissant différent, mais semblable en humanité : il suffit de savoir être soi-même, sachant que, comme toute personne sensée (= douée de sensorialité), " je sais que je ne sais rien, " mais que je " connais" mon prochain en le voyant, comme Dieu qui " vit que cela était bon". Dr Chantal BRICHET-NIVOITCorrespondante de l'AIEMPP basée rue des Sts-Pères.

Merci !

6 avril 2018, 21h45, natanaël

Merci pour tout ce que vous avez dit sur le désir de la femme ; il me semble, en tant que femme, que cela est juste, sensible, et c'est d'autant plus émouvant que c'est un homme qui le dit. Peut-être le couple perdure-t-il car seulement dans le regard de l'autre voit-on le grand ciel ?

Le sexe féminin comme le plus séxualisé ?

28 juillet 2019, 19h10, Silber J.

En effet, les textes de sources sacrés peuvent être interprétés selon la voie « pré-moderne» où l’accord presque universel était que la femme possède un plus grand libido que l’homme, autant plus dominant que plus réprimé chez elle. (Assez de penser sur la constatation talmudique que les femmes sont suspectes à la consommation des pensées lascives même au moment de l’enterrement de leurs plus proches parents, de toute possibilité contrairement aux hommes. ) Comme dit l’adage talmudique : les femmes se disposent d’un ésprit frivole. Que l’homme soit plus conquérant peut être à cause de la métamorphose plus faciles de ses instincts au niveau d’une conscientisation phantasmagorique, mais à la fois réflexivement vraisemblable. Les sources, encore, y donnent quelque appuie...

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Réflexions talmudiques sur la sexualité

23 min

Antoine Mercier - Journaliste, Eric Smilevitch - enseignant, traducteur

Commentaires ( 9 )

Illustration

18 janvier 2018, 09h32, Helene krief

Bonjour l'illustration que vous avez mise en présentation de la conférence m'intéresse beaucoup. De quel ouvrage est elle issue ? Peut la télécharger ? Merci, Helene Krief.

" Le corps vivant"

19 janvier 2018, 18h03, NORDMANN -

Je ne comprends pas en quoi le christianisme a présenté " la différence sexuelle extrêmement malheureuse... " etc. Alors qu'au contraire, la différence et la complémentarité sexuelle est à la base de tout l'enseignement hérité de la première et deuxième Alliance - si cet enseignement de sagesse évidente n'était pas le bouc émissaire de toute une opposition orchestrée, nous ne serions pas dans la situation sans issue de notre temps (très récente en tant que puissant lobby en apprenti sorcier) -.

Remarque

20 janvier 2018, 11h11, bernaerts

Vous dites ouvrir un champ positif d'existence, pour la femme en quoi "ne pas avoir cet organe là", or justement, positivement la femme a un organe, pas "celui-là" mais elle en a un que l'homme n'a pas ; cela déplace la question sur la dimension visible/non visible, car même le caractère érectile lui n'est pas différenciant, la femme a aussi un (et même des) organe (s) érectiles.

La question du pouvoir sur le mode féministe

20 janvier 2018, 11h15, b

Précisément la question du pouvoir et qui semble n'avoir pas été bien identifiée : pour certaines femmes féministes, les plus agressives et clivantes, la question est de PRENDRE LE POUVOIR SUR LES FEMMES, pouvoir qu'elles pensent détenu par les hommes.

Ne pas assimiler les femmes aux féministes

20 janvier 2018, 11h27, bernaerts

Vous dites très justement que le discours actuel n'est pas vrai relativement aux personnes, et plus encore, les femmes féministes ne reflètent pas ce que les femmes pensent, désirent, ou demandent. Les médias dans leur ensemble semblent générer un bruit collossal servant précisément à couvrir la pensée et la parole des individus, afin de les réduire à l'impuissance ou la grégarité et imposer une mouvance idéologique. Les individus ne se retrouvent pas dans ce que véhicule les médias, ou les prétendus défenseurs des femmes, du bien, etc. Il y a là une fracture énorme. Bien sûr cela fait des dégâts dans les rapports homme/femme, et c'est en partie voulu, atomiser les indvidus à des fins de pouvoir.

Le féminin est l'art de générer l'obscurité qui prélude à l'intime

22 janvier 2018, 12h19, Marc

Voilà enfin un débat essentiel qui place l'obscur (la pudeur) au centre de la possibilité d'une rencontre avec le désir féminin, et qui va de pair avec la manière dont se transmet le féminin que de femme à femme pour laquelle le premier modèle d'une femme est sa mère (on pourrait le dire aussi du masculin de mère à fils qui l'éduque et le prépare à accepter cette "obscurité"). C'est la psychanalyste Colette Combe qui m'a mis sur cette voie de la singularité de la sexualité féminine, à travers ses différentes recherches sur l'anorexie mentale de jeunes adolescentes en particulier, et la question de l'obsession du poids et des régimes, de l'alimentation, ... Et tout compte fait du mystère du sevrage du nourrisson. L'obsession d'une femme sera de "concevoir" dès sa naissance un futur "adulte" apte lui même à "concevoir". Ici la "conception" est à envisager comme l'aptitude humaine à investir la métaphore qui nourrit le symbole, et non celui qui l'appauvrit (le réel est toujours en lutte "contre" le factuel auquel il ne se réduit pas, car ce dernier risque de réduire le champ lexical de la signification). L'énergie puisée dans le mystère de l'intime est au centre de la sexualité des deux sexes !

éducation par l'exemple, médecin de santé publique, "être soi", et tout va

2 février 2018, 12h12, Chantal BRICHET-NIVOIT

Médecin, je crois que trop chercher dans les textes même sacrés, écarte de ce qui est si simple que j'avais compris à 13 ans, que, c'est nous, femmes, qui par notre grâce à savoir marcher comme en dansant, déclenchons le désir de l'homme, que nous lisons facilement et aisément dans leurs yeux, qui changent de tonalités, de velouté, deviennent velours ou éclair, tendresse ou dominateurs : ceux-ci reflètent le ciel vers lequel (7ème) certains seront capables de nous élever, en nous éduquant à " bien regarder franchement dans les yeux", sans fausse pudeur en se reconnaissant différent, mais semblable en humanité : il suffit de savoir être soi-même, sachant que, comme toute personne sensée (= douée de sensorialité), " je sais que je ne sais rien, " mais que je " connais" mon prochain en le voyant, comme Dieu qui " vit que cela était bon". Dr Chantal BRICHET-NIVOITCorrespondante de l'AIEMPP basée rue des Sts-Pères.

Merci !

6 avril 2018, 21h45, natanaël

Merci pour tout ce que vous avez dit sur le désir de la femme ; il me semble, en tant que femme, que cela est juste, sensible, et c'est d'autant plus émouvant que c'est un homme qui le dit. Peut-être le couple perdure-t-il car seulement dans le regard de l'autre voit-on le grand ciel ?

Le sexe féminin comme le plus séxualisé ?

28 juillet 2019, 19h10, Silber J.

En effet, les textes de sources sacrés peuvent être interprétés selon la voie « pré-moderne» où l’accord presque universel était que la femme possède un plus grand libido que l’homme, autant plus dominant que plus réprimé chez elle. (Assez de penser sur la constatation talmudique que les femmes sont suspectes à la consommation des pensées lascives même au moment de l’enterrement de leurs plus proches parents, de toute possibilité contrairement aux hommes. ) Comme dit l’adage talmudique : les femmes se disposent d’un ésprit frivole. Que l’homme soit plus conquérant peut être à cause de la métamorphose plus faciles de ses instincts au niveau d’une conscientisation phantasmagorique, mais à la fois réflexivement vraisemblable. Les sources, encore, y donnent quelque appuie...

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • La sexualité malheureuse

    Un impensé hérité du christianisme (7min)

  • La Tora pour éduquer le désir

    Le désir féminin ne se caricature pas (9min)

  • Le couple face à la loi du marché

    La seule jouissance ne suffit pas (7min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 15 janvier 2018
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Eric Smilevitch - enseignant, traducteur

Eric Smilevitch dirige le Bet-Hamidrach Michné Tora à Strasbourg. Il traduit régulièrement des textes essentiels de la tradition juive, aux éditions Verdier notamment. (Mise à jour: décembre 2018)

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Regards sur la crise, (Editions Hermann, 0)   Acheter

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Eric Smilevitch

Le Corps vivant, (Hermann, 2017)   Acheter

Lumière de l'Éternel, (Hermann, 2010)   Acheter

La Dispute de Barcelone: Suivi du commentaire sur Esaïe 52-53, (Verdier, 2008)   Acheter

L'esprit de grâce: introduction à la philosophie de Maïmonide, (Verdier, 1994)   Acheter

Chapitres de rabbi Eliézer, (Verdier, 1992)   Acheter

Commentaires du Traité des Pères, (Verdier, 1990)   Acheter | Emprunter

Pirqe Avot et Avot de Rabbi Nathan, (Verdier, 1983)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers